Un périodique unique en langue française qui éclaire et accompagne des engagements toujours plus évangéliques dans toutes les formes de la vie consacrée.

Ouverture

N°2021-1 Janvier 2021

| P. 1-2 |

Ouverture

Que nous apportera l’an neuf ? Sera-t-il encore dominé par la pandémie qui nous a surpris en 2020, ou par d’autres signaux de l’essoufflement d’un mode de vie qui décidément doit changer ? Allons-nous avancer sur les chemins inconnus que tant de défis nous demandent de tracer ? La reprise du temps liturgique ordinaire nous indique peut-être dans quel sol germeront les avancées nouvelles, celui de la célébration d’une Présence que les sacrements désignent certes, mais qui ne cesse de remplir l’univers.

La Rencontre qui inaugure notre première livraison de l’année nous permet de prendre contact avec le « père Cardinal » Jean-Claude Hollerich, s.j., que le Pape François est allé chercher au Japon pour lui confier l’Archevêché de Luxembourg ; il préside aujourd’hui la Commission des évêques de l’Union européenne sur laquelle il s’exprime dans une confiante liberté de ton.

Peut-on recourir à Marguerite Porete et à Jan van Ruusbroec pour éclairer certaines dérives trop répandues aujourd’hui ? Frère Benoît Andreu, o.s.b., reprend chez eux la question des vertus quand elles sont mues par l’amour ; mais quel amour, et pour quelle traversée ? Un autre aspect du Kairos que nous vivons tient à la situation des personnes en phases critiques et terminales de la vie, qui fait l’objet d’une lettre récente, Samaritanus bonus, de la Congrégation pour la Doctrine de la Foi ; elle est ici présentée par Marie Frings, médecin averti qui s’est volontairement engagée sur le front de la Covid.

Côté Orientation, on se rappellera que le rapport du christianisme au judaïsme doit d’urgence être approfondi théologiquement. En y réfléchissant sous l’aspect liturgique, Marie-Odile Bonnans, fondatrice d’« Au vent des rencontres », nous invite à une révision fondamentale de certaines habitudes de penser ou de pratiquer le dialogue avec les juifs, notamment dans les milieux fervents qui cherchent à mieux prier le Dieu unique et sauveur.

L’exemple du père Jacques de Jésus, remarquablement évoqué par sœur Christiane Meres, o.c.d., montre jusqu’où l’engagement chrétien peut conduire, quand l’homme a pu « échanger avec Dieu un regard de tendresse ».

Sur un autre ton, Frère Bart, responsable de la Fraternité de Tibériade, rend compte d’une semaine d’engagement dans un service hospitalier éprouvant : un témoignage de la présence sans phrases que peuvent soutenir, sur tous les fronts, les consacrés.

Dans le même numéro