Un périodique unique en langue française qui éclaire et accompagne des engagements toujours plus évangéliques dans toutes les formes de la vie consacrée.

L’Enquête 2000

Brève présentation des résultats

Jean Burton, s.j.

N°2000-1 Janvier 2000

| P. 8 -20 |

Un peu d’histoire...

Lors de son Conseil de septembre 1998, notre revue s’était entendue interpellée par l’avertissement de ses membres et... de la conjoncture : « Qu’en sera-t-il de Vie Consacrée en 2000 ? »

Pour essayer de répondre à cette question, le premier pas était de demander à ses lectrices et lecteurs leur propre évaluation. Une enquête assez détaillée fut donc engagée et en voici les principaux résultats.

Tout d’abord, il nous faut dire un grand merci à ceux et celles qui ont bien voulu prendre de leur temps pour répondre à notre questionnaire et proposer leurs observations.

Nous ne pouvons donner ici l’ensemble des résultats de l’enquête fourni par les quelque 315 réponses envoyées à la rédaction. L’analyse que vous trouverez ci-dessous indique bien qu’elles émanent d’une population réellement concernée par la tenue – et la teneur – de la revue, par le souci de son identité éditoriale. Un lectorat « responsable », pour le dire en un mot.

Merci.

Pour simplifier la présentation des résultats, nous suivrons l’ordre des questions proposé par l’enquête.

Mais pour commencer, quelques remarques seront utiles.

En termes de quantité de réponses

L’enquête a été bien suivie : 315 réponses utilisables (en fait 317, deux sont arrivées en août de Chine et de Nouvelle Calédonie et n’ont pas été introduites dans les résultats déjà calculés) : 13 % de retour (nous estimons, avec les fluctuations d’abonnements en cours, l’envoi de 2500 questionnaires), c’est confortable dans ce type d’opération.

En termes de qualité de la réponse

Il est plus difficile d’apprécier cette qualité globale. Elle est double : pour les questions fermées et pour les questions ouvertes.

  • En fait, l’ensemble des avis sollicités par les 8 questions représente 46 prises de position. On peut donc s’attendre à (315 x 46 =) 14 490 avis. Un total de 11 469 a été émis, soit 79, 2 %.
  • Les questions ouvertes ont obtenu un peu moins de réponses et sont généralement très brèves. Par exemple, à la question 8.2.3., sur « le rôle » de la revue, seulement 111 avis ont été émis (35,23 %). De même, pour une « suggestion d’amélioration de la couverture » (à la question 8.1.4.), un petit score de 103 avis seulement (32,7 %) est enregistré. La synthèse des avis émis à cette question 8, ouverte, tient d’ailleurs en quatre petites pages. Il reste que, si brèves soient-elles, ces suggestions doivent être étudiées.

En termes de pays de provenance

Sur la bonne centaine que nous rejoignons, les réponses nous sont venues de 36 (39) pays différents. Évidemment, une représentation majoritaire de France (137), Belgique (71) et Canada (43) est très nette, mais des pays « lointains » et de situations apostoliques risquées ou isolées nous sont parvenus des témoignages qu’il n’est pas possible de quantifier !

Analyse

Quest 1. Qui a répondu ?

Les sous-classes ont été définies par les critères : a = religieux, b = religieuse, c = prêtre, d = laïc, e = laïque, f = responsable de formation, g = responsable de communauté, h = autres et leurs combinaisons (par ex. « religieux-prêtre-responsable de formation », soit « caf », etc.)

Un regroupement donne 48 divers « a » (15,23 %), 249 divers « b » (79 %), et quelques unités pour les autres catégories de fidèles (nous avons, à juste titre, été gentiment rabroués par un diacre, une vierge consacrée et un ermite qui s’étonnaient de ne pas avoir trouvé à se positionner ailleurs que dans la catégorie « autre » ! Cette dernière catégorie a été surtout utilisée pour signaler une fonction : bibliothécaire, agent pastoral, ou encore « ancienne provinciale » et autres souvenirs...

Pour les hommes, des 48 réponses, 25 émanent de responsables de communauté et/ou de formation, ce qui laisse déjà entrevoir que les réponses, pour cette catégorie « a » n’est pas du « tout venant ».

La situation des religieuses confirme cette première remarque. Sur les 249 réponses, 31 sont de responsables de formation et de responsables de formation et autres, 104 proviennent de responsables de communauté soit un total de 135 (54,2 %) responsables de communauté et/ou de formation [1] . Même conclusion. L’enquête a d’abord touché une population typée par ses responsabilités et qui n’a peut-être pas assez fait circuler (malgré la demande de photocopies à distribuer) l’enquête dans les communautés.

Au total des hommes et des femmes, 160 réponses sur 315 (50,8 %) sont envoyées par cette catégorie « supérieur(e) et/ou formation ». Ce qui rend sans doute compte de l’appréciation globalement favorable qui sera donnée à la revue par notre échantillon de 315 réponses.

Quest. 2. En termes d’âge ?

Les résultats du dépouillement indiquent une distribution qui ne nous étonnera pas :

Un certain nombre de réponses, avec beaucoup d’humour, soulignent allègrement leur « > à 60 ». D’autres ajoutent des « > à 80 », voire « > à 90 », en les ponctuant même de quelques ! ! !.

Il reste que, humour mis à part, notre enquête recueille les avis d’un échantillon âgé d’une population également vieillissante et que nous ne disposons donc pas de l’avis, même minoritaire, des plus jeunes. Lisent-ils (elles) la revue ? Les numéros de la revue circulent-ils ?

- < 25 = 2
- 26-40 = 21 (6,6 %)
- 41-60 = 102 (32,4 %)
- > 60 = 189 (60,0 %)
- sans avis = 1

Quel abonnement ?

En fait, peu de réponses émanent de plusieurs individus d’une même communauté qui aurait multiplié le questionnaire à leur usage. C’est un peu comme si les premier(e)s lecteur(rice)s, souvent les supérieures nous l’avons vu, n’avait pas fait circuler l’enquête. Parfois, ironie de la situation, plusieurs ont voulu répondre sur une seule copie et les réponses en sont imprécises ou, en plus, une subdivision nouvelle a été ajoutée pour que deux personnes puissent répondre à la même question sur la même feuille !

Comment dès lors jauger l’appréciation générale qui est globalement très favorable ?

Quest. 4. En termes d’appréciation générale

- fort int. 90 (28,6 %)
- int. 213 (67,6 %)
- peu int. 5
- sans avis 7

N.B. : Nous reporterons désormais en notes ces analyses plus fines pour alléger le texte courant [2] .

La lisibilité des articles, souvent suspectée par l’opinion commune, ne semble pas faire problème.

facile à lire (fl) 254 (80,6 %)
fort facile (ffa) 24 (7,6 %) s’équilibrent avec
peu facile (pf) 29 (9,2 %)

C’est peut-être sur la longueur des articles que l’on s’attendait à un avis plus négatif et critique. Pourtant, 221 avis (70,2 %) les trouvent de « bonne longueur ». Il reste que (21,6 % + 4,1 % = 25,7 %), un quart des réponses souligne aussi qu’ils seraient « trop et/ou plutôt longs » [3] .

Quand au choix éditorial pour des numéros à thème ou au contenu varié, les avis sont très légèrement majoritaires envers la variété avec 56,5 %. Mais il faut tenir compte de ce que 6 % ne se prononcent pas et 8,3 % restent dans une opinion de type « alternance ». Le Canada (74,4 %) est en tête pour la variété, suivi de la Belgique (62 %) et enfin de la France (53 %).

Les plus favorables aux numéros à thème sont les religieux (35,4 %), et les 26-40 ans (57,1 %).

En termes de préférence pour les types d’articles

Q. 5 et 6

Les scores totalisés par chaque type d’articles (voir ci-dessous le décompte) représentent une information fort intéressante en ce sens qu’ils approuvent l’orientation éditoriale habituelle et spécifique de la revue.

On le voit, 3 types d’articles totalisent plus de 1000 points : 5.2, 5.4 et 5.6. Ils dessinent clairement ce qui est attendu de spécifique de la revue au titre évident de Vie Consacrée !

Vient un large peloton de 6 autres types d’articles oscillant autour des 900 points. Il est plus éclectique et regroupe ce qui est plus événementiel, local, dans l’Histoire (sans oublier la chronique de théologie de la vie religieuse et « l’actualité » des livres).

Deux catégories dépassent les 800 points : Frère Gribouille (mais la distribution des scores (0, 1, 2, 3, 4, 5, sans avis) est atypique avec un contraste entre les choix positifs (quelquefois dithyrambiques) et négatifs (21, 37, 31, 43, 37, 96, 50).

La série des 700 points (Questions ouvertes, Retraites, Poésies) doit s’interpréter.

  • L’essai de publication de Poésies est trop récent pour être apprécié à sa juste place :
  • Questions ouvertes reste très sporadique (hélas !).
  • Retraites et Sessions ne peut intéresser qu’un public belge et français.

La Revue des revues, elle aussi limitée par l’accès aux dites revues, commence seulement à être appréciée (le P. Jacobs et moi-même recevons des demandes de photocopies d’articles mentionnés).

Et enfin, surprise, le numéro spécial consacré aux travaux de notre Conseil n’arrache pas les applaudissements. Non pas qu’il soit repoussé (5 x 0), mais il obtient une appréciation moyenne (56 x 3 et 44 x 4), une faible approbation franche (25 x 5) et une massive abstention (151 x sans avis) !

L’analyse par pays, âges, et états est disponible et donc une analyse plus détaillée des choix est donc possible. Mais ce qui nous semble intéressant est de constater que trois orientations se partagent les faveurs de nos lectrices et lecteurs (du moins tels que représentés par notre échantillon) :

  • le Magistère et la théologie de la vie consacrée et de sa vie spirituelle,
  • ce qui relève plus de l’Histoire (ancienne ou récente), de la sainteté et du témoignage apporté à l’Église par la vie consacrée,
  • et les rubriques d’informations.

Cette tripartite définit assez bien l’attente spécifique de notre public habituel.

Quest. 6. Que lisez-vous ?

Cette dernière appréciation doit être modulée par le fait que « seulement » 19 % des réponses émanent de « lecture entière », 46,7 % de « presque entièrement » et 31,1 % de « seulement certains articles » [4] .

Ces questions, sollicitant un choix ouvert et donc plus spontané des types d’articles préférés, venaient un peu en « contrôle interne » du questionnaire.

Les réponses fournies indiquent une bonne cohérence de l’ensemble de l’enquête car les mêmes tendances se retrouvent [5] .

Un bon nombre des sélections de trois textes « récents » (76,5 % d’avis - parfois incomplets - émis) donnent une image assez nuancée de l’appréciation du contenu de la revue.

Nous ne pouvons reproduire la liste des articles choisis et d’ailleurs le terme « récent » a été interprété largement puisque des articles cités remontent à 1997 !

On voit évidemment apparaître en tête de liste des articles au ton nouveau (Aleixandre, Radcliffe...), mais d’autres plus classiques et plus austères ne sont pas négligés.

Un petit étonnement : alors que les numéros spéciaux ne sont pas plébiscités, on l’a vu, bon nombre d’articles ou d’interventions produits lors de nos Conseils sont ici à l’honneur ou du moins mentionnés. De même, les « Prières contemplatives » qui ne suscitaient pas l’enthousiasme sont pourtant choisies ici spontanément 12 fois.

En termes de présentation et de coût de la revue

Sans entrer dans le détails (par pays, âges et états) donnons encore les résultats bruts aux différentes questions 7 :

7.1. Le format est massivement plébiscité à 96,8 % !

7.2. La typographie actuelle reçoit aussi une approbation sans reproche majeur : « assez lisible » (112, 35,6 %) et « très lisible » (181, 57,5 %) totalisent 93,1 % de réponses favorables.

7.3.1. et 7.3.2. Les sommaires sont lus (289, 91,7 %) mais, contrairement à la pratique actuelle, 57,8 % des réponses voudraient les voir en début de revue (et le grisé n’est pas fort apprécié). Il faut noter que 10,8 % ne se prononcent pas sur la place des sommaires dans la revue.

7.4. La couverture ! soulève, elle, plus de diversité d’avis et ne laisse pas indifférent (seulement 10 réponses ne donnent pas d’avis) [6] .

7.5. Le prix est apprécié comme « adéquat » par 68,3 % des réponses et même 11,1 % le trouve « plutôt bon marché ».

Quest. 8. En termes d’attente et d’amélioration suggérées

8.1. La présentation. Une déception, relative, de l’enquête réside dans la constatation de la parcimonie avec laquelle les questions ouvertes ont éveillé le sens critique et les suggestions des lecteur(rice)s. Peu d’avis, quantitativement, ont été formulés et souvent, qualitativement très laconiques, se réduisant à « Bien », « Très Bien », et autres encouragements du type « continuez ! » « merci pour le travail de l’équipe ». C’est réconfortant et en même temps cela nous laisse sur notre faim. Ainsi en est-il des enquêtes ! Mais quelques avis plus pertinents sont émis et nous en tiendrons compte.

8.2. Le contenu et le rôle. Cette constatation de carence reste partiellement vraie quand il s’agit des remarques et suggestions exprimées quant au contenu de la revue et à propos de son rôle.

8.2.1. À la question de savoir si des sujets sont absents de la revue, peu d’avis (69) estiment que oui et font quelques rares suggestions

8.2.2. Cette question évoquait l’éventualité d’ élargir l’éventail des sujetsabordés. À nouveau, même posé sur le mode positif de l’ouverture, la tendance se confirme et se renforce même puisque 181 estiment que non (57,4 %). Beaucoup (56) sont sans avis et un petit 78 prône l’élargissement. Mais les « non » sont motivés par la spécificité de la revue et la population cible qu’elle estime, à juste titre, représenter. « Il y a bien d’autres sources d’informations pour qu’il soit utile « d’élargir l’éventail » disent, en substance, les partisans du non.

Les sujets proposés par les représentants du « oui » méritent pourtant une lecture sans a priori. Indicative.

8.2.3. Peut-être mal formulée, ou trop vague, la question sur le rôle de la revue n’a pas donné une ample moisson. Peu se prononcent donc (35,2 %). Pourtant, quelques suggestions ne sont pas sans pertinence.

Conclusion brève et préliminaire

Que conclure de cette enquête ? Tout est bien dans le meilleur des mondes ?

Nous n’aurions pas mis en chantier cette « recherche d’avis des lecteurs » si nous avions pensé cela. Et ce n’est pas la conclusion qui s’impose. La seule conclusion ferme est que les quelque 315 personnes ayant pris la peine de répondre au questionnaire constituent un échantillon qui se montre particulièrement favorable à la revue telle qu’elle est.

Échantillon relativement âgé et, pour une bonne part, en position de responsabilité (soit de communauté, soit de formation) se montrant attaché à la formule actuelle.

Conclusion préliminaire, disions nous, car elle doit être mise à l’épreuve d’une analyse plus fine regroupant les réponses selon les deux premiers critères (âge, responsabilité) et examinant sur ces deux sous-classes les pourcentages d’avis favorables/défavorables sur les divers items concernant la forme et/ou le contenu ainsi que la qualité des suggestions émises.

Nous avons commencé à tester cette hypothèse et on peut voir que les comparaisons entre les deux classes d’âge les mieux représentées chez les religieuses et les sous-classes « en situation de responsabilité »/ou non confirment, avec des nuances, cette hypothèse (à savoir que l’appréciation largement positive est due à l’âge et aux responsabilités des personnes ayant répondu à enquête).

Ainsi, par exemple, sur l’appréciation « intéressant » dans la classe d’âge 40-60, les religieuses en responsabilité sont plus favorables (75 %) que les autres du « tout venant » (65,4 %). Cette observation se confirme dans la classe d’âge des plus de 60 ans où également les « responsables » donnent 68,2 % de leurs avis à cette appréciation contre 60,3 % pour les autres religieuses de cet âge.

Par contre, pour l’appréciation « fort intéressant », ce sont les religieuses « de la base » qui dans les deux classes d’âge sont les plus laudatives !

Il serait utile d’étendre cette comparaison aux autres items pour confirmer (ou infirmer) notre hypothèse (que l’avis global de l’enquête reflète surtout l’avis des « responsables »). L’exemple que nous venons de prendre montre que la réponse n’est pas immédiate et que, de toute façon, les écarts observés ne sont pas massifs. Sont-ils même significatifs ? Un test statistique serait ici nécessaire.

Cela étant, quelle orientation prendre dans l’avenir ?

Nous voyons bien que la revue en son état actuel répond à une demande ciblée. Cette réponse doit continuer à être proposée à l’ensemble de la vie consacrée dans l’Église. S’orienter avec créativité vers un langage neuf et une problématique qui, sans quitter son domaine (la vie chrétienne dans son épanouissement singulier de la « consécration ») s’approfondisse (en amont) pour rejoindre les préoccupations fondamentales de l’expérience de Dieu dans toute son ampleur et (en aval) s’élargisse pour atteindre concrètement la diversités et la nouveauté des situations ecclésiales actuelles.

D’autres questions restent posées. Francophone, et donc de distribution forcément limitée à cette aire linguistique, la revue doit-elle explorer d’autres formules éditoriales et de diffusion ? Et sous quelles modalités institutionnelles ?

On le voit, notre entrée en ce troisième millénaire n’est pas sans enjeux et les défis sont de taille.

Nous chercherons à y faire face.

De votre côté, chers lectrices et lecteurs, de tous âges et « positions », continuez à nous soutenir, certes, mais aussi à nous stimuler par vos remarques et suggestions. Elles seront toujours bienvenues.

Annexe

Quest. 5. Nous avons généralement divers types d’articles (ou rubriques) : Pouvez-vous apprécier chacune des catégories en encerclant la note choisie (5 étant le maximum, sa = sans avis) ?

5.1. le n° spécial (sur le thème du Conseil annuel)

0x5 1x16 2x18 3x56 4x44 5x25 sa x 151 = 521

5.2. Commentaires des documents du Magistère

0x1 1x12 2x16 3x58 4x81 5x99 sa x 48 =1037

5.3. Événements d’Église (par ex. : Le Jubilé 2000)

0x3 1x4 2x33 3x61 4x87 5x67 sa x 60 = 936

5.4. Théologie de la vie consacrée (vœux,...)

0x1 1x7 2x9 3x28 4x87 5x147 sa x 36 =1192

5.6. Théologie spirituelle

0x3 1x1 2x9 3x47 4x98 5x111 sax46=1107

5.7. Figures de saint(e)s, témoins de notre temps

0x0 1x5 2x22 3xx76 4x86 5x59 sa x 67 = 916

5. 8. Histoire de la vie religieuse et/ou consacrée

0x1 1x7 2x21 3x71 4x86 5x74 sa x 55 = 976

5.9. La vie consacrée dans les Églises locales

0x1 1x7 2x25 3x71 4x92 5x60 sax59= 938

5.10. Témoignages

0x1 1x12 2x21 3x82 4x94 5x54 sax55 = 946

5.11. Questions ouvertes - Point de vue

0x2 1x9 2x31 3x78 4x74 5x32 sa x 89 = 761

5.12. Poésie

0x6 1x38 2x52 3x81 4x34 5x39 sax65 = 716

5.13. Sourire avec frère Gribouille

0x21 1x37 2x31 3x43 4x37 5x96 sa x 50 = 856

5.14. Chronique (annuelle) d’Écriture Sainte

0x0 1x8 2x25 3x76 4x83 5x44 sa x 79 = 838

5.15. Chronique (annuelle) de Théologie de la vie religieuse

0x 1 1x6 2x16 3x62 4x93 5x67 sa x 70 = 931

5.16. Comptes rendus des livres envoyés à la rédaction

0x3 1x12 2x26 3x64 4x86 5x75 sa x 49 = 975

5.17. Revue (annuelle) des revues

0x7 1x27 2x46 3x66 4x41 5x34 sa x 94 = 651

5.18. Annonce des retraites et sessions

0x29 1x22 2x34 3x49 4x43 5x65 sa x 73 = 734

[1(bf = 16) ; (bg = 97, bgh = 7) (bfg(9), bfg(l) et bfh(5) = 15).

[2- on remarque que les avis « fort intéressant » sont plus nombreux au Canada (37,2 %) qu’en France et en Belgique (26,8 %, 26,3 %)- et émanent plus des religieuses (29,3 %) que des religieux (18,8 %).- c’est la catégorie au dessus de 60 ans qui est, sur cette appréciation de « fort intéressant », la plus élogieuse (30,7 % de ses appréciations vont à cette réponse). La catégorie, peu nombreuse hélas, des 25-40 est quand même plus critique et ne donne que 24 % de son appréciation à la catégorie « fort intéintéressant » pour réserver ses 76 % à l’appréciation « intéressant ». Malgré tout, seulement 5 avis de cette classe d’âge indiquent « peu intéressant ».

[3Les religieuses sont plus critiques que les religieux.Ici, assez curieusement, l’âge ne joue pas significativement :- les 41-60 totalisent sur ces deux appréciations (trop et/ou plutôt long) 25,4 % d’avis et- les plus de 60 également 25,4 % !La classe d’âge (peu représentée, redisons-le) des 26-40 est à peine plus critique : 28,6 % trouvent les articles « plutôt long », pour 71,4 % de « bonne longueur » (et pas d’avis « trop long »).

[4Ici aussi les lectrices se montrent plus exhaustives que les lecteurs (respectivement 20,1 % pour 12,5 %) et les personnes plus âgées de même (d = 21,2 %, c = 18,6 %). Probablement une question de temps disponible est en jeu. Il faut aussi remarquer que des 21 réponses des 25-40 ans seule une signale une lecture de la revue en son entièreté.

[5La première place est attribuée largement aux catégories 5.2, 5.4 et 5.6 (qui formaient la classe des > à 1000 points). La théologie de la vie consacrée (5.4) venant en tête avec 81 choix en 1ère place et 175 toutes places confondues.La classe des 5.7, 5.8, 5.9 et 5.10, déjà repérée se retrouve ici aussi bien identifiée, oscillant dans le 4-5 % de choix (toutes places confondues).Signant la bonne cohérence des réponses on peut remarquer que (5.13, 5.14) et (5.15 et 5.16) sont également classés par paires selon ce qui était déjà apparent dans la table de l’annexe.Il reste que sur les 1575 avis possibles 414 sont restés inexprimés (26,3 %) et que la catégorie d’articles numérotée 5.5, inexistante dans la liste, à été quand même choisie ! Distraction

[6- 4 ont le courage de la trouver « rébarbative »- 28 « insipide » (10,2 %)- Les qualificatifs prudents de- « correcte » 116 (36,8 %)- et « d’adéquate » 95 (30,2 %) récoltent quand même 67 % des suffrages et même- 62 (19,7 %) la trouvent « convenant très bien ». Ce qui donne quand même 86, 7 % d’avis positifs.

Dans le même numéro