Un périodique unique en langue française qui éclaire et accompagne des engagements toujours plus évangéliques dans toutes les formes de la vie consacrée.

Fonds Vie Consacrée

Vies Consacrées

N°1988-4 Juillet 1988

| P. 195-196 |

Dans l’éditorial qui ouvrait cette année, nous avons annoncé, entre autres initiatives, que la revue offrirait, tous les deux ans, à un jeune auteur, un subside destiné à l’encourager dans la recherche et la publication d’un travail de valeur pour la théologie de la vie consacrée et nous avions convenu d’y revenir. Voici comment nous pouvons préciser aujourd’hui les conditions d’accès à ce « Fonds Vie consacrée ».

L’objectif est d’aider de jeunes auteurs à faire connaître des travaux importants sur le thème de la vie consacrée en général. Ces œuvres consisteront en des textes non encore publiés. Il pourra s’agir de travaux d’étudiants, mais aussi d’écrits composés en dehors des milieux académiques. La valeur de ces textes sera appréciée par un jury, composé des membres du Comité de rédaction de la revue, en fonction de l’intérêt que ces travaux représentent pour la réflexion pastorale et doctrinale sur la vie consacrée (vie religieuse, instituts séculiers, vie érémitique, virginité consacrée, communautés nouvelles, etc.). Le règlement détaillé sera communiqué aux personnes qui en feront la demande.

Les intéressés sont priés d’envoyer leur manuscrit (de 50 à 200 pages, dactylographiées à triple interligne), pour le 31 décembre 1988, à l’adresse de la revue. Le Comité de rédaction jugera, dans les six mois suivants, du meilleur de ces travaux. Un seul auteur se verra octroyer un subside à la publication, d’une valeur de cent mille francs belges, le 30 juin 1989. Les autres candidats seront encouragés, selon l’avis du Comité, à publier l’essentiel de leur travail. Déjà nous remercions tous ceux qui accepteront de nous confier ainsi le fruit de leur réflexion.

L’effort que représente pour nous la création de ce fonds nous a paru s’imposer, au regard des mutations présentes qui frappent souvent de plein fouet l’apostolat intellectuel. Pour faire face à ses nouveaux devoirs, la vie consacrée a besoin, non seulement de nouvelles énergies, mais encore d’un fondement doctrinal toujours plus réfléchi. Qu’il nous soit permis d’encourager, fût-ce de loin, ceux qui se sont livrés à une telle vocation.

Dans le même numéro