Un périodique unique en langue française qui éclaire et accompagne des engagements toujours plus évangéliques dans toutes les formes de la vie consacrée.

À propos du monastère « sui iuris »

Courrier des lecteurs

Colette Friedlander, o.c.s.o.

N°1983-6 Novembre 1983

| P. 279 |

À la demande de Sœur Eliane de Montebello, p.s.a., nous publions la lettre suivante, qui lui a été adressée.

lecture en ligne article acces libre

telechargement internaute non connecte

Ma Sœur,

J’ai lu avec intérêt votre article « La femme et la religieuse. Situation dans le Code de 1983 » dans le n° 3-4/1983 de Vie consacrée.

Vous me permettez cependant une mise au point : à la p. 180 il s’est glissé une confusion entre monastère isolé et monastère sui iuris (en particulier à la note 27). En principe, toute maison de moines (ou de moniales) et de chanoines réguliers est sui iuris (c. 613 § 1), c’est-à-dire que les religieux sont attachés de par leur profession à la maison, laquelle a son propre noviciat et élit son supérieur, qui est de droit supérieur majeur (c. 613 § 2). Cette situation n’est pas du tout incompatible avec l’appartenance à une Congrégation monastique dont les instances exercent sur les maisons qui la composent un droit de vigilance et de contrôle.

Le c. 615, lui, concerne les monastères sui iuris qui sont en outre isolés, autrement dit, qui ne sont soumis à aucun supérieur religieux au-dessus de leur supérieur propre. Ces monastères isolés sont soumis à la « vigilance spéciale » de l’évêque diocésain, à titre de suppléant des instances régulières inexistantes. Les canons qui précisent le contenu de la « vigilance spéciale » en question ont tous soin de préciser qu’ils visent « le monastère sui iuris dont traite le c. 615 ».

Je vous serais bien reconnaissante de faire dans la revue la mise au point qui s’impose ; le c. 615 et ceux qui s’y rattachent sont fort importants surtout pour les moniales, car jusqu’ici le droit commun ne distinguait presque pas, de facto, entre monastère intégré à un Ordre et monastère indépendant et soumettait l’un et l’autre à une tutelle épiscopale presque identique. Il s’agit donc d’un changement important dans le droit.

Fraternellement dans le Seigneur,

Abbaye cistercienne, La Coudre, B.P. 93
F-53005 LAVAL CEDEX, France

Mots-clés

Dans le même numéro