Un périodique unique en langue française qui éclaire et accompagne des engagements toujours plus évangéliques dans toutes les formes de la vie consacrée.

Prophète et témoin

Vies Consacrées

N°1978-5 Septembre 1978

| P. 259-260 |

lecture en ligne article acces libre

telechargement internaute non connecte

Tel fut Paul VI au milieu de nous pendant ces années de mise en œuvre du Concile dans un monde travaillé par de profondes mutations.

La sobriété et la grandeur qui émanaient de l’Eucharistie célébrée sur le parvis de la place Saint-Pierre évoquent bien le sens de cette vie.

La liturgie, dans son dépouillement et sa plénitude, avec l’alléluia pascal et l’évangile de la résurrection, manifestait la présence du Ressuscité, le Christ Jésus que Paul VI a aimé et servi avec passion.

Le simple cercueil de bois, posé à même le sol au milieu de l’immense place, disait le désir du Pape de vivre et de mourir comme un pauvre, parmi ses frères et ses sœurs.

Le rassemblement de cette foule bariolée, la présence des représentants de tant d’Églises et de tant de nations, l’assemblée des cardinaux, évêques et prêtres autour de l’autel, tout cela ne suggérait-il pas déjà cette Église-communion que Paul VI portait dans son cœur et qu’il désirait en constant dialogue avec tous les hommes ?

Amour de Jésus-Christ, Église pauvre et servante de l’humanité, ferment de communion et de dialogue en notre monde, tels étaient les grands thèmes que Paul VI abordait déjà dans sa première encyclique Ecclesiam suam. Sa vie se consuma à cette tâche, avec une foi ardente et obstinée, de la tristesse et de l’angoisse parfois, et une joie spirituelle profonde, qui éclatait à l’occasion.

Au moment où il entre dans la vie, il nous est bon de rendre grâce à Dieu pour le don qu’il nous a fait en sa personne.

Nous savons son amour, son affection pour la vie consacrée au cœur de cette Église amoureuse de Jésus-Christ, servante et pauvre, lieu de communion pour les hommes. Nous savons son souci et son espérance pour qu’elle rende un témoignage évangélique au milieu du peuple de Dieu.

Écoutons-le une fois encore nous le dire avec une force cordiale : « Vous regardant avec la tendresse du Seigneur, quand il appelait ses disciples « petit troupeau », quand il leur annonçait qu’il avait plu à son Père de leur « donner le Royaume » (Lc 12,32), nous vous supplions : gardez la simplicité des « tout petits » de l’Évangile. Sachez la retrouver dans le cœur à cœur secret avec le Christ, ou dans l’accueil direct de vos frères. Vous connaîtrez alors le « tressaillement de joie dans l’action de l’Esprit Saint » de ceux qui sont admis aux secrets du Royaume. Ne cherchez pas à devenir ces « sages et ces habiles » que tout conspire à multiplier, auxquels ces secrets sont cachés (Lc 10,21). Soyez vraiment des pauvres, des doux, des affamés de sainteté, des miséricordieux, des cœurs purs, de ceux par qui le monde connaîtra la Paix de Dieu (Mt 5,3-11) [1] ».

Au moment de mettre sous presse, nous apprenons l’élection du Cardinal Albino Luciani, qui a pris le nom de Jean-Paul Ier. En communion de prière avec tous nos frères et sœurs dans la vie consacrée, nous demandons à l’Esprit Saint de donner à celui que nous reconnaissons comme vicaire du Christ sur la terre lumière et force dans l’accomplissement de la mission qui lui est confiée.

[1Evangelica testificatio, 54.

Mots-clés

Dans le même numéro