Un périodique unique en langue française qui éclaire et accompagne des engagements toujours plus évangéliques dans toutes les formes de la vie consacrée.

Sagesse monastique pour un monde en devenir

Jean-Pierre Longeat Catherine Labey

Sous sa forme carrée d’album, illustré de photos de moines et moniales du monde entier, le nouvel ouvrage du père Longeat, préfacé par son confrère Anselme Grün, répond très bien à son titre ; on saura gré à Catherine Labey qui interroge, et à Bruno Jary qui met en scène photographique, d’avoir permis à l’ancien responsable de la Corref qui préside aujourd’hui l’Alliance Inter-Monastères, de présenter avec cette simplicité et cette ampleur la vocation monastique (bénédictine) « dans le paysage social au niveau international ». Car le propos est centré : les héritiers des pionniers du passé font signe de l’avenir, pour autant qu’ils portent témoignage à la fraternité qui peut transformer le monde – la création aussi bien que les relations.

Tous les grands défis du temps sont ici commentés en mode vécu, cent fois exemplifié : l’écologie intégrale, l’interculturalité (« les déchirures du tissu ecclésial touchent davantage des questions de diversité culturelle que des divergences de foi », p. 57), le dialogue interreligieux (« une des dimensions du dialogue interculturel », p. 63), le choc des générations (avec la fracture du numérique), la justice économique et financière marquée par une étonnante gratuité, la place du travail et l’accueil des pauvres, l’agriculture et la nourriture (la logique de l’autonomie contredisant parfois la solidarité), la prise en considération de la sexualité (« un travail de fond sur lequel les communautés monastiques devraient se pencher sérieusement », p. 118), le modèle de gouvernance où « l’autorité de l’Abbé renvoie constamment à l’autorité infusée en chacun de nous comme venant du Père, manifestée par le Christ dans la chair », p. 127), la difficile obéissance (« il arrive qu’avec le meilleure bonne foi, certains agissent de manière abusive en pratiquant la discipline de leur Institut qu’ils souhaiteraient rigoureuse », p. 139), l’avenir incertain (« il y aura sans doute à côté de quelques grands monastères, des communautés plus réduites... qui sauront s’insérer plus facilement dans l’Église locale », p. 143), mais espéré (« les monastères sont à même de découvrir de nouveaux moyens de vivre en harmonie avec la nature... je trouve que nos communautés bougent très lentement sur de telles questions », p. 145). Tout le propos est descriptif, confiant, qui met en évidence les coopérations, sans craindre pour autant de souligner un certain nombre de lieux où la vie bénédictine est davantage attendue : « Je crains que les monastères ne se dégagent pas suffisamment des habitudes reçues et confondent leur projet avec la réalisation d’un idéal de vie issu de cette civilisation qui se perd... je crains que tout soit brutalement remis en question et que la transmission du trésor ne puisse plus se faire » (p. 147). On voit quelle responsabilité ecclésiale se dessine sur le beau papier glacé.

Saint-Léger Éditions, Le Coudray-Macouard (Fr.), juillet 2021

158 pages · 22,00 €

Dimensions : 22 x 22 cm

ISBN : 9782364526921

9782364526921

Sur le même thème : « Vie consacrée »