Un périodique unique en langue française qui éclaire et accompagne des engagements toujours plus évangéliques dans toutes les formes de la vie consacrée.

Prêtre-paysan en terre d’Islam

40 années au Maroc, au Caire et à Tibhirine

Jean-Marie Lassausse

Jean-Marie Lassausse, prêtre-paysan, ingénieur agronome, engagé dans la communauté de la Mission de France, surnommé aussi « le jardinier de Tibhirine », a passé 15 ans dans ce monastère de l’Atlas, lieu du martyre des moines de Tibhirine. « J’ai accepté, à la demande de Mgr Henri Tessier, évêque d’Alger, de m’y installer en 2001 pour succéder aux moines qui ont été assassinés en 1996 et pour permettre que ce lieu de prière et d’engagement ne soit pas un sanctuaire mais un lieu où la vie circule. J’ai une affection particulière pour les cisterciens : ils ont les pieds dans la terre, les mains et le regard dans le ciel. » De 2001 à 2016, il cultive la terre avec les voisins musulmans. Une période particulière qu’il a racontée par écrit dans N´oublions pas Tibhirine (Bayard, 2018). Cet homme de la terre, originaire des Vosges, confie : « J’ai la chance de pouvoir exercer mon métier et mon ministère sur le même axe, c’est à dire à l’étranger et dans l’agriculture ». Un homme, un jardin, une terre, mais surtout une amitié forte fait qu’on peut être chrétien en pays musulman. Ce livre-témoignage, conçu diachroniquement – des situations de vie appuyant la réflexion – en est la preuve vivante. Il retrace un parcours de vie et de mission sur quarante ans, s’étendant du Maroc à la Tanzanie, de l’Égypte à l’Algérie, tous ces pays qui gardent une unité à travers des contextes culturels et religieux différents, tous en recherche d’une fraternité humaine capable de construire des ponts avec les différences. Les sept chapitres évoquent les grands thèmes relatifs à chaque pays de la rive sud de la Méditerranée : liberté religieuse, vivre-ensemble, jeunesse, crise de foi, pauvreté, dialogue sous quelles conditions et pour quelles perspectives. Un témoignage poignant de ce prêtre paysan qui a « essayé de construire une pile d’un pont entre les deux rives » et qui continue sa mission en formant des jeunes aux métiers de la terre à Mostaganem, ville côtière située à une centaine de kilomètres d’Oran en Algérie. Comme l’écrit Fadila Semaï dans la préface : « Ouvrir un livre, c’est commencer à entendre ! » Ouvrons ce livre et davantage encore notre cœur !

Salvator, Paris, mai 2020

110 pages · 15,00 €

Dimensions : 13 x 20 cm

ISBN : 9782706719516

9782706719516

Sur le même thème : « Témoins »