Un périodique unique en langue française qui éclaire et accompagne des engagements toujours plus évangéliques dans toutes les formes de la vie consacrée.

Pratique du discernement en commun

Michel Bacq

Combien de communautés cherchent aujourd’hui des ressources afin de renouveler leurs manières d’échanger, de dialoguer et, surtout de mettre en œuvre un « discernement en commun » ? Parmi les formules existant sur le « marché » de l’accompagnement de groupes, l’approche « ESDAC » (Exercices Spirituels pour un Discernement Apostolique en Commun) s’inspire directement de la pédagogie ignatienne.

Récemment confirmé par l’appel du pape François à promouvoir une « Église du dialogue », c’est-à-dire « une Église synodale, qui se met ensemble à l’écoute de l’Esprit », ESDAC est né au début des années 90, autour de deux jésuites, Jean Charlier et Franck Janin, qui avaient découvert auprès de John English, s.j., le fondateur de « Ignatian Spiritual Exercises for the Corporate Person », au Canada, « une nouvelle manière d’accompagner spirituellement les assemblées » (p. 19), fondée sur la tradition des Exercices Spirituels de saint Ignace. Depuis, de nombreux groupes et communautés religieuses ont confié à des équipes ESDAC l’accompagnement de décisions communes, par exemple lors de chapitres ou d’assemblées. Tout en intégrant une dimension psychologique, l’avantage de l’approche ESDAC est d’être résolument fondée sur une démarche non seulement croyante, mais, pourrait-on dire – en entendant le terme au sens ignatien –, contemplative : chaque étape s’originant dans la méditation personnelle d’une page biblique, à partir de laquelle il devient possible de « réfléchir en soi-même » et ce que dit Dieu et ce que dit l’autre, « afin de tirer profit », comme il est souvent dit dans les Exercices Spirituels.

Co-écrit par Michel Bacq « et une équipe ESDAC », l’ouvrage est une sorte de manuel, extrêmement complet, où l’on découvre à la fois les fondamentaux qui animent les membres de l’équipe ESDAC, et quelques aspects essentiels de cette pratique du discernement en commun. Le cadre habituel des échanges est, avec la prière personnelle, ce qu’on appelle la « conversation spirituelle » (chapitre III), une façon de parler ensemble où l’on « cherche à discerner, parmi les propos échangés, ce qui est suscité par l’esprit de communion et de vérité » afin d’agir « en se laissant inspirer par cet esprit » (p. 28). Les moyens sont concrets d’aider à cette qualité d’échange : feuille de prière, disposition en cercle, circulation d’une « plume », tenue en main lorsque l’on souhaite prendre la parole... On visite au passage (chapitre IV) des questions importantes : quel est le pouvoir des délégués d’un groupe ? (p. 70) ; faut-il viser l’unanimité, le consensus, ou bien voter ? (p. 71). Quant aux chapitres V à VIII, ils constituent une véritable boîte à outils, sur la prise de décision, la préparation d’une session, le rôle des accompagnateurs..., utilement complétée par de nombreux exemples d’accompagnements (chapitre IX). Qu’on soit ignatien ou qu’on ne le soit pas, il y a là une pédagogie à même d’aider des groupes ou des communautés cherchant à progresser dans l’écoute mutuelle et le dialogue fraternel : une urgence, aujourd’hui, pour la vie consacrée !

Collection Christus

Lessius, Paris, mai 2022

278 pages · 17,00 €

Dimensions : 13 x 20 cm

ISBN : 9782872994144

9782872994144

Sur le même thème : « Spiritualité »