Un périodique unique en langue française qui éclaire et accompagne des engagements toujours plus évangéliques dans toutes les formes de la vie consacrée.

L’apport de frère Roger à la pensée théologique

Actes du Colloque international, Taizé, 31 août-5 septembre 2015

Après les actes de cette première rencontre, voici un ouvrage fondamental, proposé par une brochette d’auteurs très choisis réfléchissant quelques semaines plus tard à l’apport du Frère Roger à la pensée théologique – un paradoxe de plus pour celui qui écrivait, jeune encore, n’avoir jamais aimé la théologie. Chez Schutz, les expériences qui font le théologien touchent à l’Église et à ses problèmes (Hammann) ; il inventa avec ses frères une école de prière et de liturgie, loin de la « salade pentecôtiste » décriée par certains (Cilerdzic), et il rendit plausible en milieu protestant l’hypothèse monastique, avec la « profession », les « engagements » de simplicité, célibat, partage, vie communautaire, acceptation d’un ministère de communion (Frère Aloïs), tout en sortant le protestantisme de deux siècles de confinement en France (Schlumberger). Il faut signaler les belles études sur ses relations avec Paul Ricœur (Bengard), sa contribution à l’éthique chrétienne (Adamavi), la liturgie propre et les chants si répandus (Sigov). Tel un « laboratoire anthropologique » marqué par le silence, illuminé par les Écritures (Vidovic), Taizé rayonne du Brésil à l’Afrique du sud. La miséricorde est le chemin de cet œcuménisme (Kasper) et si l’on est loin de la théologie académique (Sattler, indispensable), nous sommes bien dans une théologie incarnée dans la vie et en dialogue intense avec penseurs et théologiens de tous horizons.

Presses de Taizé, Taizé, juin 2016

320 pages · 0,00 €

Dimensions : 15 x 21 cm

ISBN : 9782850403989

9782850403989

Sur le même thème : « Témoins »