Un périodique unique en langue française qui éclaire et accompagne des engagements toujours plus évangéliques dans toutes les formes de la vie consacrée.

Moïse l’insurgé

Jacob Rogozinski

Un ouvrage étonnant, qui recompose, à partir des données les plus sérieuses de l’archéologie, de l’histoire, de l’exégèse, une sorte de « roman historique » (comme disait Freud de son L’homme Moïse et la religion monothéiste) concernant ce survivant qui finira par conduire les siens (dont les Habirous) de la servitude à la libération, dans les hautes terres de Canaan plutôt que depuis un cadre égyptien fictif. Reconnu par l’auteur, le caractère hypothétique de cette reconstitution permettrait de mieux comprendre l’émergence au XIIe siècle d’une nouvelle société égalitaire et antiétatique, où l’intermédiaire (Moïse) ne devient pas un tyran, mais s’efface dans une « théo-démocratie » ouverte à l’étranger, au partage de la terre, à la remise des dettes, etc. – un peuple sans roi ni État, du moins au temps de l’alliance du Sinaï, qui concerne le peuple tout entier et est conditionnée par l’observance des commandements donnés par ce Dieu qui libère les opprimés. Après, ce sera le retour du refoulé (l’inspiration psychanalytique ne manque pas, dans l’ouvrage, ni le dialogue avec Spinoza dans sa République des Hébreux), via l’émergence de la monarchie davidique qui aurait réactivé le schème ancien du Dieu-roi, associé au système sacrificiel, et la remontée d’une théologie de l’élection transmise ethniquement, en deçà donc d’un Dieu de vie qui veut faire alliance avec tous. Nous voilà donc passés du soupçon de la légende (Moïse a-t-il existé ? n’était-il pas une femme ?) à l’interprétation de l’Exode comme « un souvenir-écran de la révolution israélite dont elle perpétue la mémoire tout en la déformant » (p. 98), mais aussi, à la mise en évidence, à côté de l’alliance théo-démocratique et de l’alliance ethno-monarchique, d’une troisième figure, totalement inclusive, plus ancienne que les deux autres, celle que YHVH passe avec Noé et les siens, en s’adressant sans restrictions (mais non sans obligations) à tous les hommes (p. 218). On peut deviner, par ces notations qui ne peuvent qu’attirer l’attention sur une œuvre luxuriante, l’intérêt politique de ces analyses d’un dispositif d’émancipation fondateur (p. 17).

Éditions du Cerf, Paris, octobre 2022

285 pages · 24,00 EUR

Dimensions : 13,5 x 19,5 cm

ISBN : 9782204152174

9782204152174

Sur le même thème : « Écriture »