Un périodique unique en langue française qui éclaire et accompagne des engagements toujours plus évangéliques dans toutes les formes de la vie consacrée.

Marie Pila

Née pour aimer en vérité

Claude Escallier

La présentation de cet ouvrage (heureuse réédition, après sa première publication vingt ans auparavant sous le titre Marie Pila. Une puissance d’amour non asservie) complète la « trilogie » initiée avec nos deux précédentes recensions, sur le Bx Marie-Eugène de l’Enfant-Jésus (F.-E. DORON, Le secret d’un audacieux. Petite vie d’Henri Grialou, Père Marie-Eugène de l’Enfant-Jésus,1894-1967, Toulouse, Éditions du Carmel, 2015, voir VsCs 88, 2016-1, p. 62) et sur sa sœur, Berthe (C. ESCALLIER, Laisser voir Dieu. Dans le sillage de Berthe Grialou, sœur du Père Marie-Eugène de l’Enfant-Jésus, coll. Témoins de vie, Toulouse, Éditions du Carmel, 2015, 15 x 20 cm, 184 p., 13,00 €, voir VsCs 89 2017-2, p. 51). C. Escallier, membre de Notre-Dame de Vie depuis 1962 et responsable générale de 2000 à 2012, nous fait ici découvrir Marie Pila (1896-1974), qu’elle a elle-même bien connue. Présence de la première heure aux côtés du P. Marie-Eugène pour la naissance de l’Institut Notre-Dame de Vie (du nom du sanctuaire dédié à la Vierge depuis le VIe siècle, au pied du village de Venasque dans le Comtat Venaissin, dans lequel se sont installées les « pionnières » du futur Institut), Marie Pila est élue en 1937 première responsable générale de ce qui est alors reconnu, à l’époque, comme « Fraternité du Tiers-Ordre de Notre-Dame du Mont Carmel ». C’est elle qui veillera maternellement sur sa croissance au fil des ans, alors que le P. Marie-Eugène, retenu à Rome par son Ordre, ne pouvait suivre l’évolution du petit groupe que de loin. « Humble et silencieuse aux côtés du fondateur, d’une fidélité constante à sa pensée », Marie Pila, « conduisait toujours au Père Marie-Eugène, à cette filiation de grâce dont elle vivait pleinement […] et c’est pourquoi elle sut si bien devenir la mère de l’Institut » (p. 46).

Dix ans plus tard, le 24 août 1947, la fondation, appelée désormais « Institut carmélitain Notre-Dame de Vie » s’est structurée, et Marie Pila en est à nouveau élue Responsable pour douze ans. Providentiellement, Pie XII promulgue la même année la Constitution apostolique Provida Mater, reconnaissant officiellement les Instituts séculiers. Le « vêtement » taillé par la Constitution convenait si bien à ce que vivaient déjà les membres du jeune Institut qu’il ne fallut que quelques mois pour le voir érigé en Institut séculier diocésain, le 15 août 1948 ; un Institut rapidement devenu par la suite un « Arbre unique à trois branches », féminine, masculine et sacerdotale.

La seconde partie de l’ouvrage rassemble des textes et méditations de Marie Pila, ainsi que des témoignages la concernant.

Toulouse, Éditions du Carmel, octobre 2019

172 pages · 16,00 €

Dimensions : 15 x 20 cm

ISBN : 9782847136432

9782847136432

Sur le même thème : « Vie consacrée »