Un périodique unique en langue française qui éclaire et accompagne des engagements toujours plus évangéliques dans toutes les formes de la vie consacrée.

Le Pacte des catacombes

« Une Église pauvre pour les pauvres ». Un événement méconnu de Vatican II et ses conséquences

Luis Martinez Saavedra Pierre Sauvage

C’est un moment fort ignoré de l’histoire conciliaire que nous rapporte cet ouvrage, qui répond bien à son sous-titre : comment le « Pacte des catacombes », signé à la fin du Concile, d’abord par une quarantaine d’évêques, puis par des centaines d’autres, a-t-il retenti sur la vie de l’Église jusqu’aujourd’hui ? Né du groupe « Jésus et les pauvres », initié par un trio formé de Paul Gauthier, fondateur d’une Fraternité inspirée du Père de Foucauld, Charles-Marie Himmer, évêque de Tournai, et Georges Hakim, évêque de Saint Jean d’Acre (le futur Maximos V), le mouvement prend place dès la première session du Concile et gagne peu à peu en influence, tout en rejoignant des accents propres au Pape Jean XXIII (qu’on découvre, dans son testament, prêtre du Sacré-Cœur depuis sa jeunesse). De session en intersession, les actions et les engagements se multiplient, d’autres figures apparaissent (Helder Camara, Mercier, Ancel…), jusqu’à la célébration eucharistique du 16 décembre 1965 à la basilique Sainte-Domitille, située à l’entrée de la catacombe du même nom. Les pères conciliaires présents y décident de « mener une vie ordinaire », de « renoncer une fois pour toutes à l’étalage et à la réalité des richesses dans les habits et les marques de distinction », au point de ne pas « posséder en propre de maisons, de meubles de comptes en banque », mais de « confier la gestion de l’argent et des biens » à des hommes choisis, « afin que nous-mêmes soyons moins administrateurs et plus pasteurs et apôtres ». On mesure que cette histoire, retracée dans tous ses méandres par le premier chapitre signé de P. Sauvage, est à l’origine, dans un troisième chapitre, d’une tout autre figure de l’épiskopè, mise en perspective depuis l’Amérique latine par L. Martinez Saavedra. Au centre, un chapitre très bref des coauteurs présente « la voilure évangélique » de ce pacte et sa postérité dans le magistère latino-américain (épiscopal, mais aussi, bien entendu, pontifical). De nombreuses annexes, une bibliographie et deux index permettent aux chercheurs d’approfondir une péripétie conciliaire décidément séminale.

Bruxelles, Lessius-Éditions Jésuites, septembre 2019

300 pages · 25,00 €

Dimensions : 15,5 x 23 cm

ISBN : 9782872993574

9782872993574

Sur le même thème : « Histoire »