Un périodique unique en langue française qui éclaire et accompagne des engagements toujours plus évangéliques dans toutes les formes de la vie consacrée.

L’expérience écologique et sociale du Campus de la transition

Relecture spirituelle

Xavier de Bénazé Cécile Renouard

Créer une école de commerce alternative… idée folle… mais peut-être à explorer ! C’est à partir de cette intuition notée par sœur Cécile Renouard au cours d’une retraite que le projet du Campus de la transition a germé. Dans un premier temps, une association se met en place pour relever le défi d’une business-school où l’on remette l’économie au service de la nature et de l’humain, et non l’inverse (p. 23). Le projet franchit un pas décisif quand les sœurs de l’Assomption choisissent de mettre à la disposition de la petite équipe le château de Forges, où se trouvait un établissement scolaire qui venait de fermer : la réflexion écologique va pouvoir s’incarner dans le partage d’un lieu et d’un quotidien.

Les pages écrites par Cécile Renouard, qui fut à l’origine du projet avec Gaël Giraud, et Xavier de Bénazé, un des premiers permanents du Campus, retracent les joies et difficultés de cette aventure et en font ressortir les grandes lignes. Le Campus se déploie en effet en croisant des approches différentes : il s’agit de proposer des formations, mais aussi de permettre de vivre l’expérience concrète d’une vie plus respectueuse de la nature et plus ouverte aux relations. De plus, on cherche à articuler le savoir reçu avec l’attention à l’expérience personnelle que chacun vit en le recevant, et qui l’engage tout entier, dans sa tête autant que dans son corps ou son cœur.

Mais le fil rouge de cette relecture est surtout cette question, si souvent entendue, à propos de la façon dont les initiateurs du Campus formulent leur projet : être aconfessionnel et ouvert à la dimension spirituelle, au bout du compte, qu’est-ce que cela peut bien vouloir dire ? Ces pages veulent honorer cette interrogation et y apporter quelques éléments de réponse. Au Campus, en effet, on croise des personnes dont la quête de sens se nourrit de traditions très diverses. L’enjeu est de ne pas récupérer leur recherche dans des mots chrétiens qui ne sont pas les leurs et d’accepter de cheminer à leurs côtés dans la gratuité. Et pourtant, la conviction des auteurs est que la transition écologique et sociale qui s’expérimente sur le Campus est porteuse d’une dimension spirituelle. Il s’agit donc non seulement de l’accueillir et de la faire grandir quand elle se manifeste déjà, mais aussi d’aider à la faire venir au jour. Le défi est de taille, et les auteurs savent reconnaître ce qui semble porter du fruit, et ce qui reste en attente. Ainsi, ils évoquent l’accueil de certaines propositions qui semblent aider à développer cette attention spirituelle, comme le mot du matin, où ceux qui le veulent peuvent commencer ensemble la journée dans une attention à soi, aux autres. La relecture montre que ce que chacun y trouve a de la justesse par rapport à une spiritualité chrétienne et que pourtant l’expérience n’implique pas une confession de foi.

Les auteurs soulignent par ailleurs deux dimensions de la vie sur le Campus de la Transition qui ouvrent à la dimension spirituelle : l’attention à la vie intérieure, d’une part, comme succession d’émotions, d’attraits ou de répulsions, que chacun apprend à déchiffrer pour s’orienter dans sa recherche ; et d’autre part l’apprentissage de la dimension collective de cette recherche, où chacun trouve sa place avec d’autres, au service d’un projet commun. La foi peut aussi offrir pour soutenir l’engagement dans la transition écologique. Celui-ci se se heurte en effet à l’inertie sociale et politique, ou à l’ampleur démesurée de la tâche : l’ouverture à plus grand que soi et le partage de la mission avec d’autres aide à se situer de façon plus juste, et à avancer avec constance.

Cette relecture spirituelle peut donner le désir d’aller voir ce qui se passe à Forges, et de se mettre soi-même en route sur ce chemin de transition. Elle porte aussi le témoignage que la foi chrétienne peut ouvrir largement un espace de rencontre et d’enrichissement mutuel sans se perdre. Elle se met ainsi au service d’une espérance renouvelée pour un grand nombre.

Fidélité, Bruxelles, avril 2021

176 pages · 19,00 EUR

Dimensions : 13,5 x 20,5 cm

ISBN : 9782873568771

9782873568771

Sur le même thème : « Spiritualité »