Un périodique unique en langue française qui éclaire et accompagne des engagements toujours plus évangéliques dans toutes les formes de la vie consacrée.

Carmel et défi politique

Une approche historique

Jean Emmanuel de Ena

Durant la session de l’Université d’été 2018 organisée par l’Institut Jean de la Croix des carmes déchaussés de Toulouse, les intervenants ont creusé le rapport de trois carmélites bien connues aux défis politiques de leur contexte historique spécifique. Thérèse d’Avila (1515-1582), femme mystique autant que politique du XVIe Siècle d’Or espagnol, s’est engagée sur le chemin de l’intériorité contemplative en se positionnant avec audace et réalisme à contre-courant de la société pour ouvrir une brèche d’avenir. Madame Acarie (Barbe Avrillot, 1566-1618), femme laïque hors du commun devenue carmélite sous le nom de sœur Marie de l’Incarnation, est consultée dans son salon parisien par des personnalités ecclésiales et politiques, qui auront un rôle déterminant à jouer pour la fondation du Carmel dans la France du Grand Siècle. Thérèse de l’Enfant-Jésus (1873-1897), dont la doctrine rayonne dans le monde entier, a porté mystiquement de nombreux pécheurs au cœur de sa « nuit de la foi » en donnant « rationnellement » une réponse d’espérance au désespoir et au non-sens de notre siècle.

Chaque carmélite, fidèle à son appel personnel et ecclésial, donne une réponse pertinente aux deux réalités de la mystique et du politique qui se fécondent mutuellement. « La femme montre que le sens de la vie ne consiste pas à produire des choses, mais de prendre à cœur les choses qui existent. Seul celui qui regarde avec le cœur voit bien, parce qu’il sait “regarder à l’intérieur : la personne au-delà de ses erreurs, le frère au-delà de ses fragilités, l’espérance dans les difficultés ; voir Dieu en tout » (Pape François, 1er janvier 2020). Aujourd’hui encore ces défis entre vie cachée du Carmel et vie publique de la société s’articulent en cinq chantiers universels qui s’appellent globalisation, liberté intérieure, écologie, place de la femme et le nouveau continent numérique.

Les trois qualités essentielles pour l’homme politique qui « introduit la main dans les rayons de la roue de l’histoire » sont la passion, le sentiment de responsabilité et le coup d’œil. Exactement ce que Thérèse d’Avila recommande pour pénétrer de manière mystique, dans le Château intérieur.

Collection Recherches carmélitaines

Éditions du Carmel, Toulouse, août 2019

192 pages · 17,00 €

Dimensions : 16 x 22 cm

ISBN : 9782847136296

9782847136296

Sur le même thème : « Histoire »