L’auteur a déjà interrogé notre fondement dans la Parole (VsCs 2013-2) et
le temps de nos chapitres (VsCs 2014-1 et 2). Il relit ici la « fertilité » de nos vœux qui ne sont pas un objectif, mais les outils d’un pacte transi de miséricorde ; parce qu’ils ont la couleur de Pâques, ils portent vers tous les « sans » de notre monde ; la prière d’intercession prolonge cette alliance miséricordieuse qui met la mort à distance.

Voir aussi :